header banner
Default

Comment le Hamas et le Hezbollah ont utilisé la crypto-monnaie comme moyen de se financer


Pour contourner les sanctions internationales, le Hamas, et le Hezbollah, ont recours aux crypto-monnaies pour se financer. Il s‘agit de plusieurs dizaines de millions de dollars…

C’est l’histoire  d’un rapport de 24 pages qui est passé complètement inaperçu quand il est sorti. Il a été publié le 22 aout 2023, un mois et demie avant l’attaque du Hamas, par une start-up de Tel Aviv spécialisée dans les cryptomonnaies. Ce rapport montre comment des dons en cryptomonnaies venus du monde entier finissent dans des portefeuilles du Hezbollah ou du Hamas.

41 millions de dollars

VIDEO:

Entre septembre 2021 et avril 2023, cette start-up a pu identifier des centaines de mouvements de cryptomonnaies. Et au total il y en a pour 41 millions de dollars.

Le PDG de cette start-up nous explique le travail de fourmis qu’il a mené avec trois autres employés pendant plusieurs mois pour identifier ces transferts…Tout est parti de la publication d’une liste de portefeuilles de crypto monnaies soupçonnées de servir à des organisation terroristes palestiniennes.

"Le gouvernement israélien a publié les coordonnées d'une série de portefeuilles suspects utilisés pour collecter des fonds. Donc on a d'abord analysé tous les mouvements de la blockchain qui conduisaient vers ces portefeuilles. Et à notre grande surprise, on s'est rendu compte qu'ils n'avaient pas cessé. Il y avait encore des mouvements. 1:23 Donc on a décidé de pousser notre enquête un peu plus loin, et nous avons regardé tous les mouvements de la blockchain en lien avec les appels aux dons qui étaient publiés sur Facebook et X pour voir d'où venait l'argent".

Des plateformes logées en Iran ou en Russie

VIDEO:

Au total, il y en a donc pour 41 millions de dollars. Et la majorité des mouvements se sont déroulés assez récemment dans les derniers mois de 2022 et les premiers de 2023. A noter que certains transfers passent par des plateformes logées en Iran et en Russie

La start-up ne sait pas exactement d’où viennent les fonds. On ne sait donc pas si des transferts sont partis de France. Mais elle sait qu’à l’autre bout du tuyau, c’est sur le darkweb que les crypto sont transformés en argent liquide…

Frederic Ocana, expert en cybersécurité nous explique comment se passe la collecte d’argent précisément.

"C'est très simple, par exemple, ils vont faire une collecte auprès de personnes sympathisantes ou dans certains lieux de culte. Et cette collecte, elle n'est pas en crypto-monnaie parce que les gens ne sont pas forcément experts en crypto-monnaie. Elle passe plutôt par des bonds d'achat, des cartes cadeaux, etc. qui sont convertis sur certaines plateformes directement en crypto-monnaie. Et après, ils envoient ça à une sorte de personne qui va fédérer ça et qui va l'envoyer sur des plateformes tout à fait légales. Et de là, par contre, c'est envoyé directement après dans la zone vers d'autres opérateurs qui, eux, acceptent de recevoir des cryptopayments et de les convertir en dollars bêtes et méchants".

Et donc la partie cryptomonnaie ne sert qu’au transfert international. Et pour la petite info, dans 90% des cas, elles passent par des plateformes qui ont pignon sur rue, celles qu’on utilise vous ou moi…

"Le Hamas a été l'un des utilisateurs les plus efficaces des crypto-monnaies pour le financement du terrorisme", a déclaré Tom Robinson, cofondateur de la société de recherche sur la blockchain Elliptic.

Reste cette question: pourquoi les autorités n’ont elles pas fait le travail qu’une petite start-up de Tel Aviv a pu faire ?

"On aurait pu prévenir ces mouvements avant la guerre"

VIDEO:

"C'est une très bonne question", répond le PDG de BitOK, la start-up qui a enquêté sur ces mouvements. "Bon, ce qu'il y a, c'est que notre spécialité, c'est justement ça, mettre notre nez dans ces transferts et voir s'il s'y passe des choses bizarres. Il y a beaucoup de gens dans le monde qui travaillent là-dessus, mais ils ne cherchaient pas au bon endroit. Sinon, on aurait pu prévenir ces mouvements d'argent bien avant la guerre".

Ce n’est pas completement vrai. Une autre enquête menée par Elliptic montre que Following a further series of Israeli freezing orders, in April 2023, Hamas announced to its supporters that it was no longer accepting crypto donations – acknowledging that the use of crypto left it vulnerable to having funds identified and seized.

Depuis la guerre, les autorités israeliennes ont en tous cas annoncé le gel de dizaines de portefeuilles de cryptomonnaies avec l’aide de Biannce, la principale plateforme d’échange de cryptomonnaies.

Plus de 100 comptes sur la plus grande bourse de cryptomonnaies au monde, Binance, ont été gelés, et les autorités ont demandé des informations sur quelque 200 autres comptes.

Hier, Le département américain du Trésor a annoncé des sanctions contre dix "membres-clés du Hamas", agents et personnes participant au financement des activités du groupe islamiste palestinien, au moment où la guerre fait rage après son offensive surprise contre Israël.

Parmi les personnes ciblées, on trouve les responsables d'une base de cryptomonnaies installée à Gaza. Mais sur le compte en question il n’y avait plus que 16 dollars et il n’y avait pas eu de transfert depuis 18 mois…

Est-ce que ça va s’arrêter ?

Sources


Article information

Author: Alexandra Barrera

Last Updated: 1697786103

Views: 1108

Rating: 4 / 5 (37 voted)

Reviews: 89% of readers found this page helpful

Author information

Name: Alexandra Barrera

Birthday: 2010-11-18

Address: 871 Daniel Mountain, Robertoview, KS 73414

Phone: +4523714261849693

Job: Flight Attendant

Hobby: Juggling, Tea Brewing, Rock Climbing, Painting, Fishing, Astronomy, Motorcycling

Introduction: My name is Alexandra Barrera, I am a tenacious, Gifted, Colorful, variegated, rich, enterprising, multicolored person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.